Effectuer une recherche sur le site

FAQ - Questions fréquentes

Cette page regroupe les questions posées à propos des données d’artificialisation de l'observatoire, ainsi que les réponses proposées. Cette rubrique sera mise à jour en continu.

Contexte et objectifs du dispositif

Quel est l'objectif du dispositif ?

Cet observatoire est mis en place dans le cadre du Plan biodiversité, pour répondre à l'objectif de suivi de la consommation d'espace. Il constitue un outil de mesure permet de constater l'évolution de l'artificialisation des sols à l'échelle de chaque commune. Il donne les moyens aux territoires et aux citoyens de suivre, via internet, l’évolution de l’artificialisation et plus largement à terme de l’occupation et de l’usage des sols.

En savoir plus.

Quel est l’objectif de ces données ?

Ces données constituent un socle de référence, permettant d’appréhender le phénomène d’une manière uniforme à un niveau national et de comparer les territoires (jusqu’à la maille communale) entre eux.

Il ne s’agit cependant pas de données à utiliser à tout prix. Ainsi, certains territoires disposent d’autres données ou méthodes d’analyse qui peuvent être utilisées. Il est donc possible que les documents de planification de certaines collectivités territoriales fassent référence à des données différentes de celles qui sont publiées sur ce site.

Dans ce cadre, les territoires ont toute latitude pour utiliser les données et méthodes qu’elles pensent les plus pertinentes. En effet, l’important est avant tout de déterminer un cadre d’analyse commun entre tous les acteurs du territoire, puis de déterminer les leviers d’actions permettant d’atteindre le zéro artificialisation nette.

Pour le moment, seules des données sont proposées. Une analyse du phénomène sera-t-elle réalisée ?

Dans la lignée du rapport précédent, réalisé selon une autre méthodologie, un rapport d’analyse sera produit d’ici la fin de l’année 2019.

La mise à jour des données

Les données portent sur la période 2009-2017. Une mise à jour pour 2018 est-elle prévue ?

La mise à jour des données sur la période 2009-2018 est prévue d’ici la fin de l’année 2019.

Pourquoi une nouvelle version des données a-t-elle été mise en ligne le 17 juillet 2019 ?

La seconde version a corrigé certains bugs sur les données. En effet, dans la précédente version :

  • les ménages 2010 et 2015 étaient faux,
  • les données n’étaient pas classées (le département 27 arrivait en premier),
  • la colonne typau (typologie de la commune dans l’aire urbaine) n’était pas présente.

Le contenu des données

Les données contiennent-elles l’état de l’artificialisation d’une commune ?

Pour des questions de robustesse méthodologique, il a été choisi - pour les premières données mises en ligne - de ne pas faire figurer des données de stock à un instant t. En effet, les données qui seront produites dans le cadre de l’occupation des sols grande échelle seront plus pertinentes pour étudier le stock actuel.

Le besoin étant exprimé, une réflexion est en cours pour fournir des données temporaires de stock en attente de la finalisation de l’occupation des sols grande échelle.

La somme de l’artificialisation pour l’activité, l’habitat et le mixte n’est pas égale à l’artificialisation totale. Pourquoi ?

Il existe un dernier flux reprenant les surfaces non prises sans affectation, mais qui n’est pas présent dans les données.

On a donc artact0917 + arthab0917 + artmix0917 + (artificialisation du sans affectation) = nafart0917

L'accès aux données

Existe-t-il un flux WMS / WFS (1) pour récupérer les données ?

Le flux suivant https://datacarto.cdata.cerema.fr/wfs/7eb2293a-b097-45a4-b5f0-1e7fb0271c4f?service=WFS&request=GetCapabilities permet d’accéder au flux WFS des données, en projection Lambert-93 / WGS 84.

Un autre flux permettra d’accéder aux données selon d’autres projections.

(1) Les flux WMS (Web Map Service) et WFS (Web Feature Service) sont des services en ligne qui permettent d'accéder aux données directement depuis un logiciel, pour co-visualiser les données via une interface cartographique par exemple. Il s'agit d'un usage avancé des données.

Quel est la projection utilisée pour le fichier shape en téléchargement ? Peut-on le récupérer sous une autre projection ?

Les données sont proposées en téléchargement direct, au format Shape et avec la projection légale (Lambert-93).

Cependant, via la cartographie dynamique, il est possible, en cliquant sur l’icône « télécharger », de télécharger les données selon un format et / ou une projection différente.

Où peut-on accéder à la fiche des métadonnées ?

Les études existantes sur les fichiers fonciers

D’anciens travaux du Cerema étaient réalisés annuellement. Cependant, les données étaient différentes : comment cela se fait-il ?

Les deux méthodologies sont issues des mêmes données de base, à savoir les Fichiers fonciers.
Cependant, il s'agit d'un travail de retraitement différent.

L'ancien traitement se basait sur un travail communal : les informations étaient aggrégées à la commune, pour ensuite les comparer millésime par millésime. Dans ce cadre, il était nécessaire de faire des corrections, notamment pour prendre en compte l'évolution du non-cadastré. Cela aboutissait à la fin à des approximations qui nuisaient à la robustesse des chiffres. Par exemple, si une commune artificialisait 2 ha, renaturait 1ha et passait 1 ha en non cadasté, on considérait que rien n'était consommé.

Dans les nouveaux chiffres, nous travaillons à l'îlot (plus ou moins la parcelle), pour couvrir tous ces changements. Nous sommes ainsi capables de faire la différence, sur une parcelle, entre l'artificialisation, le passage en non cadastré et tous les autres flux. Cette finesse nous permet de voir plus précisément les évolutions, à l'échelle parcellaire, notamment la destination des différents flux.

Le site met en avant des fiches méthodologiques du Certu datant de 2013. Ces fiches sont-elles encore à jour ?

Ces fiches constituent un état de l’art de 2013. A ce titre, certaines méthodes ont aujourd’hui été améliorées. En particulier, les approches liées aux calculs de taches urbaines ont été abandonnés, et la méthode de calcul de la consommation d’espaces a été améliorée.

Certaines fiches demeurent encore d’actualité, notamment pour les questions de définition ou d’analyse des chiffres.